Bref info de Montesquieu-des-Albères de Michelle Vardon

21/08/2017

Pascal communique : NON aux smartphones à l’école : protégeons VITE nos enfants !

De : "Pierre GARNIER" <mpiergarnier7@gmail.com>

"...Savez-vous à quoi ressemble de près l'agonie d'une femme enceinte éventrée au milieu d'un charnier ? Mon petit garçon de 11 ans, lui, en a désormais une idée précise. C'est à ce spectacle qu'il a assisté... à l'école, en découvrant un extrait du film Aliens vs. Predator - Requiem.

Mon fils l’a vu pendant la récréation, les yeux écarquillés sur le smartphone d’un copain.

On lui avait dit que c’était “drôle”... mais depuis qu’il a vu ces images, il ne cesse de faire d'épouvantables cauchemars ...

...

Pourtant sociable et bon élève, il s’est brutalement coupé des autres enfants de son âge. Et ses résultats scolaires ont chuté !
 
Ce n’est malheureusement pas un cas isolé. Chaque jour qui passe, des centaines de milliers d’enfants sont exposés - au sein des établissements scolaires - à des images violentes, choquantes, ou simplement inadaptées à leur âge. Cruauté, terreur, pornographie… beaucoup de jeunes resteront marqués à jamais.
 
C’est inacceptable. L’école est là pour instruire et non pour... détruire !
 
Il faut arrêter le massacre et exiger du gouvernement qu’il interdise VRAIMENT l’utilisation des smartphones dans les écoles primaires et les collèges. Une solution simple existe : faire éteindre le téléphone et le laisser au fond du sac, tant que l’élève est dans l'établissement. C’est efficace, ça ne coûte rien, et c’est faisable tout de suite !
 
 
Dans quelques jours à peine, l'administration partira en vacances. Si nous ne parvenons pas à obtenir que des mesures fermes soient prises avant leur départ, des millions d'enfants seront encore en danger à la rentrée. Il y a urgence : il ne nous reste plus que quelques jours pour agir !

Oui, je signe la pétition !

Des images qui marquent…

Avez-vous une idée de ce qu’a déjà vu votre enfant en compagnie de ses camarades de classe ? À quelles images violentes et choquantes a-t-il été exposé ?
 
Les témoignages affluent en continu de tout l’hexagone.
 
La même histoire se répète en boucle : des enfants, que les parents s’efforcent de protéger des dangers d’Internet à la maison, sont martyrisés par des vidéos ultra-violentes diffusées sur les smartphones durant les récréations ou même pendant les cours.
 
Les enfants déclarent avoir vu :
  • des scènes d’accidents mortels montrant les passagers de voitures écrabouillées par des camions,
  • des mouvements de panique où des innocents agonisent piétinés par la foule,
  • des combats de chiens qui finissent déchiquetés en lambeaux,
  • des pervers se livrant à des actes de zoophilie (sexe entre humains et animaux),
  • des exécutions sommaires d’otages par décapitation…
 
Les enfants ne veulent pas être la risée des copains qui se moquent d’eux s’ils n’osent pas regarder. Problème : ces images ont des effets irrémédiables sur leur cerveau en plein développement.
 
A la maison, si vous faites les efforts nécessaires pour sécuriser les smartphones et tablettes de vos enfants, ils sont protégés. Mais à l’école, vous ne pouvez rien contrôler.
 
Certains parents, par manque d’information ou de temps, n’ont pas installé les filtres adaptés. Leurs enfants en sont les premières victimes mais ils contribuent aussi à diffuser ces images autour d’eux. Quelques-uns suffisent pour faire des ravages dans la cour de récréation. Tous les enfants trinquent, sans distinction.
 
L’administration, qui devrait jouer le rôle de garde-fou, se contente d'éviter les vagues.
 
C’est à nous, en tant qu’adultes, d’agir collectivement pour protéger les enfants partout. Vous pouvez, en un clic, signer notre pétition pour interdire l’usage des smartphones à l’école.

Oui, je signe la pétition !

Éducation... sexuelle ?

Parmi les vidéos totalement inadaptées aux enfants, celles à caractère pornographique remportent la palme d’or.
 
Elles sont devenues un véritable fléau qui les frappe de plus en plus jeunes. La plupart du temps, le premier contact avec ces images a bien lieu à l'école, et pas à la maison : qui regarde ce genre de films - en famille - sur le canapé du salon ?
 
La très sérieuse étude réalisée par l’association Calysto en 2012 sur 1132 collèges et lycées français est terrifiante [1]. Accrochez-vous à votre siège : entre 11 et 13 ans, 82% des enfants ont déjà vu des images pornographiques ! QUATRE sur CINQ.
 
À la rentrée 2016, il y avait plus de 12,4 millions d'élèves en France dont 5,6 millions de 11 ans et plus [2]. En extrapolant cela fait plus de 4 600 000 jeunes qui ont déjà vu des images pornographiques !  De quoi remplir 56 fois le stade de France (81 338 places !), bourré à craquer. Soit autant de villes de tailles moyennes peuplées de (pré-)adolescents.
 
Pensez-vous que votre enfant fasse partie des 18% restants, dont l’innocence a été préservée ? Selon un sondage OpinionWay réalisé en novembre 2016, 77% des parents répondent fièrement “oui”... mais ces deux chiffres ne collent pas [3]. Telles des autruches, nous avons tous la tête bien enfouie dans le sable.
 
Israël Nisand, chef du pôle de gynécologie-obstétrique du CHU de Strasbourg, tire le signal d’alarme :
« En 4ème et en 3ème, c’est même 100% des élèves qui ont déjà vu de la pornographie. »
 
Il a raconté sur Europe 1 des situations inimaginables il y a encore quelques années [4]. Les pratiques déviantes explosent chez les plus jeunes. La raison ? L’accès facile et rapide à la pornographie sur Internet, diffusée dans la plupart des écoles via les smartphones. La vision de ces images porte leurs hormones à... ébullition !
 
On ne compte plus les témoignages sordides émanant de parents et d'enseignants dépassés : garçons qui “prêtent” leur copine à une bande de copains au bout d’un couloir, filles pré-pubères qui font des concours de fellations dans les toilettes de l’école, scènes de sexe en groupe par des jeunes de 12 ans qui se filment avec leurs téléphones portables dans des salles de classe vides
J’arrête là ces faits divers car c’est insupportable. Même les établissements huppés, jusqu'ici assez protégés, sont désormais le théâtre de scènes dont les médias se font l’écho [5].
Quelles conséquences sur la société de demain ? Sur les rapports hommes - femmes ?
 
Il faut faire vite car cette gangrène commence à toucher les enfants dès l’école primaire ! Bitdefender, un des principaux éditeurs de logiciel de sécurité informatique, a réalisé une étude en septembre 2016 dont les résultats sont saisissants [6]. 10% des visiteurs de sites pornographiques dans le monde seraient âgés de moins de... 10 ANS.
 
Certes, on ne peut pas tout empêcher, tout contrôler. Mais chacun de nous a la responsabilité morale de faire ce qui est en son pouvoir pour encadrer les jeunes.
 
Alors mettons ensemble un maximum de pression sur le gouvernement afin qu’il protège nos enfants de ces dérives en milieu scolaire. Signez maintenant la pétition pour interdire l’usage des smartphones à l’école.

Oui, je signe la pétition !

Un problème généralisé !

En quelques années, le nombre de cas a explosé. L’explication est simple : l’arrivée massive des smartphones et surtout de leurs abonnements internet mobile à prix cassé.
 
Ces appareils ont rapidement envahi les lycées, puis ont proliféré dans les collèges. Ils sont déjà à la conquête des écoles primaires !
 
En 2016, 85% des 12-17 ans avaient un téléphone portable, 2 fois plus qu’il y a 5 ans [7] ! Sur une classe de 30 élèves, 26 sont équipés… et 4 profitent passivement des écrans connectés de leur camarades.
 
Désormais le problème est généralisé. Les smartphones connectés ont ouvert les vannes de la consommation de flux vidéos sans limite et sans contrôle, partout et à toute heure.
 
Les petits 6èmes en reçoivent un de leurs proches lors de l’entrée au collège, mais c’est le plus souvent un “cadeau empoisonné” ! Sans aucun filtrage préinstallé, les smartphones mettent en danger les enfants eux-mêmes mais aussi tous leurs camarades de classe.
 
Ces diffusions d’images choquantes se déroulent le plus souvent à l'école. Pourquoi ? Parce que les enfants y passent 8 à 10 heures par jour avec de nombreux temps libres, qu’ils sont en permanence au contact de leurs copains et de camarades plus âgés qu’eux, et qu’ils échappent à la vigilance de leurs parents.
 
Dans un groupe de jeunes, il y en a toujours quelques-uns qui ont accès à des contenus qu’ils ne devraient pas voir… et ils en font “gentiment” profiter leur copains.
 
Vous, parents responsables, ne pouvez rien contrôler en l’état actuel des choses durant les heures d’école. Pour reprendre la main, signez la pétition pour contrôler l’usage des smartphones dès la prochaine rentrée !

Oui, je signe la pétition !
Nous devons recueillir des centaines de milliers de signatures en quelques jours !
 

Une solution simple... existe !

Pour couper le mal à la racine, il faut empêcher les élèves d’accéder aux smartphones connectés dans l’enceinte des établissements scolaires. Pas d’appareil, pas de diffusion.
 
En pratique, il suffit de demander aux élèves d’éteindre leur téléphone portable et de le laisser au fond du sac, tant qu’ils sont dans l'établissement. Ils pourront le rallumer en sortant, pour contacter leurs parents en cas de souci sur le trajet domicile - école.
 
C’est une consigne facile à comprendre et qui ne coûte rien. Nous devons l’exiger !
 
Mais il faut aussi obtenir des mesures strictes pour que l’interdiction soit appliquée sur tout le territoire français. Changeons la loi s’il le faut !
 
La confiscation des smartphones à titre préventif doit être possible. On confisque bien un couteau qui peut blesser physiquement, ne peut-on pas confisquer un appareil qui risque de lacérer l’innocence de nos enfants et laisser des plaies béantes dans leur esprit  ?
 

Ensemble, nous pouvons gagner !

Il se trouve qu’en plus de vous et moi, une personne influente a pris conscience du problème. Le 2 mars dernier, Emmanuel Macron déclarait en effet [8] :
“Nous interdirons l'usage des téléphones portables
dans l'enceinte des écoles primaires et des collèges”.
La mesure a provoqué une levée de boucliers. Pour les médias et certaines fédérations de parents d’élèves, c’était impossible à mettre en oeuvre.
 
Impossible ? Pourtant cette mesure est appliquée à la lettre en Angleterre. Dans ce pays où 90% des élèves possèdent un téléphone portable, 98% des établissements ont interdit les téléphones dès 2012 [9]. C’est la preuve même que c’est possible !
 
Ce serait d’ailleurs bénéfique pour le niveau scolaire des petits français. Une étude de la London School of Economics, menée auprès de 91 écoles britanniques, montre que les élèves qui fréquentent des écoles sans téléphone ont de meilleurs résultats que les autres [10].
 
En France, certains collèges et même des lycées l’appliquent déjà, sans réelle difficulté. Mais ils sont trop rares. Il faut que tout le territoire soit protégé.
Emmanuel Macron est désormais Président de la République. Il a la majorité absolue à l’Assemblée Nationale. S’il veut vraiment changer les choses pour l’ensemble des jeunes français, il en a le pouvoir. Ne ratons pas cette chance unique !
 
Soyons des centaines de milliers voire des millions à lui rappeler cette promesse de campagne ! Signez et faites signer cette pétition. Si nous réunissons assez de monde, nous allons réussir !

Oui, je signe la pétition !

Il y a urgence !

Nous voulons tous que nos enfants, petits et grands, soient protégés dès la rentrée scolaire 2017, mais pensons en particulier aux 800 000 nouveaux élèves qui sortiront cette année de l’école primaire pour entrer en 6ème au collège.
 
Si rien n’est fait, vous connaissez déjà ce qui les attend. Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas... alors agissez ! En un clic signez la pétition pour les aider, ainsi que des millions d’autres enfants, à préserver leur innocence le plus longtemps possible.
 
Le monde de demain se construit avec les enfants d’aujourd’hui !
 
Vous devez agir maintenant, parce qu’il y a une contrainte de temps. Les vacances de l’administration vont bientôt commencer. Beaucoup de sujets sérieux seront enterrés sous les châteaux de sable. Nous devons donc obtenir, en quelques jours à peine, une décision ferme du gouvernement pour enclencher le processus.
 
Pour y parvenir, nous devons être vraiment nombreux : en l’absence d’une mobilisation massive de l’opinion publique, rien ne changera.
 
Mais nous pouvons être des MILLIONS à signer cette pétition, car ce sujet touche toutes les familles. Nous devons contacter et réunir les parents et grands-parents, les oncles et tantes d’enfants scolarisés… ainsi que tous les citoyens responsables qui ont compris que se joue ici un enjeu de société.
 
Oui, je signe la pétition !
Nos enfants et les futures générations comptent sur vous.
 
Pierre Garnier
 
---------------------------------
Sources :
 

07:37 Publié dans Rubriques | Tags : pascal bobillot | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.